Les témoignages se succèdent dans le procès France Telecom, levant chaque jour davantage le voile sur le fonctionnement de l’entreprise, devenue Orange, et qui a connu une vague de suicides au début des années 2000. C’est peut-être un « France Telecom puissance 1 000 » qui couve à la SNCF, c’est en tout cas de cette manière que le syndicat Sud rail présente la succession affolante de suicides que connaît l’entreprise publique. Les conditions de travail et de management sont pointées du doigt et les cheminots sont en souffrance.