Un an après le drame de la rue d'Aubagne, à Marseille, dans le quartier populaire de Noailles, où huit personnes avaient perdu la vie dans l'effondrement de deux immeubles, le problème de l'habitat indigne dans la ville subsiste.