En France, à 48h d'une journée de grève contre la réforme des retraites et alors que les salariés des transports et les fonctionnaires devraient être en première ligne, les étudiants pourraient les rejoindre. Certains syndicats les appellent à descendre dans la rue, un peu moins d'un mois après le geste désespéré d'un jeune homme de 22 ans à Lyon, qui s'était immolé par le feu.

Le jeune homme, désespéré, s'était immolé devant le siège du Crous, l'administration qui s'occupe de l'aide sociale des étudiants, évoquant dans une lettre ses difficultés financières. Il est toujours plongé dans le coma. Ce drame a provoqué un mouvement des étudiants français pour dénoncer leur précarité, la hausse de leurs charges et le niveau des bourses. Une réalité bien concrète dans les épiceries solidaires du réseau associatif Agoraé. Seuls les étudiants en difficulté y ont accès et le réseau croule sous les demandes.