Le Parlement a adopté définitivement par un ultime vote du Sénat une proposition de loi visant à interdire les « violences éducatives ordinaires ». Ce texte dit « anti-fessée » permet à la France de devenir le 56e pays à se doter d’une loi interdisant totalement ce type de violences. La fessée reste pourtant très pratiquée, avec ses conséquences. Mais d’autres modes d’éducation sont possibles, comme a pu le constater François Willmann.