En France, les algues vertes sont un fléau qui frappe les côtes bretonnes depuis des décennies. Mais cette année bat des records à cause d’un climat favorable. Dépassées, certaines communes ont dû fermer leurs plages. Car loin de n’être qu’une gêne visuelle ou olfactive, les algues, en pourrissant, peuvent générer des gaz toxiques mortels. Dans le passé, des morts suspectes, humaines et animales sont survenues, obligeant l’État à aider les communes à ramasser les algues et lutter contre les causes de leur propagation, en grande partie liée au développement des élevages intensifs. Mais dix ans après, le problème persiste.