Trois ans après le début de la grande crise migratoire en Europe, des réfugiés se regroupent toujours dans plusieurs endroits de Paris. Et malgré les évacuations et démantèlements successifs, des campements de rue sont de retour, surtout dans le nord-est de la capitale. Selon le recensement de France terre d’asile, plus de 2 000 migrants y dorment actuellement dans des conditions sanitaires déplorables. Les organisations humanitaires font ce qu’elles peuvent pour les secourir. Médecins sans frontières, Médecins du monde, le Secours catholique y interviennent régulièrement. Une autre association catholique, Solidarité Notre-Dame de Tanger, accueille les migrants, ceux de Paris, mais aussi ceux de toute la région l’Ile-de-France, au sein de sa permanence du XIXe arrondissement de la capitale.