Un maire sur deux ne devrait pas se représenter aux municipales de mars, selon un sondage de l'Observatoire de la démocratie de proximité publié en novembre dernier. Des maires débordés par des tâches de plus en plus nombreuses et complexes. Des élus également malmenés par leurs administrés, comme l'a illustré la mort du maire de Signes, cet été. Alors pour redonner l'envie à ceux qui doutent, le gouvernement souhaite « changer la vie quotidienne des maires ».

C'est l'ambition du projet de loi Lecornu actuellement à l'étude au Sénat. Le texte sera voté le mardi 22 octobre avant de poursuivre son parcours à l'Assemblée nationale. Après des mois de tensions entre les élus locaux et l'exécutif, ce dernier tente de rassurer des maires sérieusement ébranlés.