Quand les agressions, derrière les portes closes des prisons, sont le fait des surveillants : l’Observatoire international des prisons (OIP) publie un rapport sur les violences commises sur les détenus et dénonce le règne de l’« omerta » et de l’« impunité ». Ces deux dernières années, l’OIP a reçu près de 200 appels ou courriers de détenus qui déclarent avoir été violentés par des personnels pénitentiaires. Cela représente deux signalements par semaine en moyenne.