Troisième volet de notre série de reportages dans le Nord de la France, deux ans tout juste après l'élection d'Emmanuel Macron. Retour à Amiens, dans l'usine Whirlpool qui fut le théâtre, dans l'entre-deux tours de la présidentielle, d'un des grands moments de la campagne: la visite quasi simultanée du futur président et de son adversaire Marine Le Pen, venus apporter leur soutien aux salariés menacés de licenciement. Depuis, l'usine a été fermée, les activités délocalisées en Pologne. Le site et une partie des salariés ont été repris. Mais ils ne produisent rien. Rencontrés par Bruno Faure, les syndicalistes chargés de suivre le dossier sont très inquiets. Écoutez leur propos, entrecoupés d'archives sonores.

Jeudi, suite de notre série Nationale 1. Nous verrons que dans les zones rurales à une heure de voiture de Paris, les électeurs sont attirés par le parti de Marine Le Pen.

►À écouter aussi : Pouvoir d'achat: Macron ne convainc pas les classes populaires [Nationale 1, 1/5]

►À écouter aussi : Deux ans après son élection, E. Macron garde des fidèles plus mitigés [Nationale 1, 2/5]