Il y a quatre ans jour pour jour, des terroristes islamistes s’étaient fait exploser à Saint-Denis, avaient mitraillé des terrasses de cafés du centre-est parisien et tué 90 personnes dans la salle de spectacle du Bataclan. Le bilan officiel de cette tuerie : 130 morts et plus de 400 blessés. De toute évidence, ces attentats, les plus meurtriers jamais connus en France, ont profondément marqué la société française. Quelle trace ont-ils laissé dans les mémoires individuelles et collective ? Comment ces mémoires évoluent-elles avec le temps ? Voilà les questions que se posent les chercheurs d’un vaste programme transdisciplinaire, appelé « 13-Novembre ». Coup de projecteur sur leurs travaux.