Dans de nombreuses villes françaises, des candidats aux municipales du 15 mars promettent, en cas de victoire, la gratuité des transports en commun, comme à Montpellier, Clermont-Ferrand, Rouen, Toulouse ou encore Bordeaux. Une mesure qui va dans le sens d'une transition écologique, d'un changement de place de la voiture mais qui n'est pas forcément applicable partout.

Aujourd'hui, la gratuité des transports en commun est déjà instaurée dans une trentaine de communes de taille moyenne. Dunkerque, dans le Nord, fait figure de pionnière, avec les quelque 260 000 habitants de son aire urbaine. Jamais la gratuité des bus n'avait été appliquée dans une aussi grande agglomération. C'était en octobre 2018.